Le Loup des Steppes

Transition d'un jeune loup FTM

Archive for the 'Surgery' Category

Post-op #8 : J+25

Pour illustrer le post du jour voilà une photo de L. qui s’est bien marré l’autre soir…Comme vous le voyez, les pansements commencent à se barrer !

Bon, et puis à part expérimenter tout un tas de trucs avec mes cheveux (oui, le mohawk c’est provisoire, c’était pour rattraper le trou) ou des lunettes, je dois bien vous avouer que je ne fais toujours pas grand chose…de très physique en tout cas. Dès que je fais un mouvement trop ample, j’ai une vive douleur qui me rappelle que c’est pas une bonne idée…

J’ai aussi découvert une zone dure sur mon pec gauche (toujours ce putain de côté !). Il me semble que c’est là qu’était attaché le drain mais je suis plus bien sûr. Ca peut être rien (un simple hématome qui passera avec le temps) ou être un peu plus chiant (je cite Izéchiel : « Si ces zones sont trop volumineuses et deviennent douloureuse, il est possible de réaliser un curetage pour supprimer la fibrose (petit opération sous anesthésie locale. »).
Du coup, je masse cette zone douteuse (ce qui n’est pas du tout agréable vu que je sens très peu à part, donc, cette petite douleur) et puis je suis rigoureux avec la bétadine pendant cette période plus délicate, et je continue de porter la veste la nuit…

En parlant de nuit je dors toujours très mal (voir pas… comme là !). Je crois que la chaleur et l’obligation d’être sur le dos commencent à me peser un peu.

Et puis ben voilà, pas grand chose à rajouter, j’attends, j’attends…

2 comments

Post-op #7

Bon. Les pansements commencent à s’enlever (à droite surtout). Je suis vraiment pas très enthousiasmé par la phase qui commence en fait. Je suis arrivé au bout des trois semaines de port obligatoire de la veste de compression… même si je pense que je vais continuer à la porter la nuit parce que j’ai peur qu’un faux mouvement ou autre me fasse mal ou ne risque d’arracher un truc.
Mais du coup maintenant je suis plus faible et un peu stressé. D’autant que cette période et délicate et risquée : le moindre mauvais frottement risque d’arracher les croûtes qui doivent vraiment partir d’elles-mêmes…

Je paranoye aussi sur mon téton gauche qui ne semble pas motivé à donner signe de vie (niveau sensation, je sens beaucoup plus le contact sur mon téton droit), et qui à l’air d’avoir une bonne semaine de retard sur son voisin (différence déjà avec le liquide des drains). Du coup ils ne sont pas synchro et la phase de stress d’arracher les plaies va durer deux fois plus longtemps. Mais c’est normal, il y a souvent un côté qui guérit plus lentement.

Le fait d’enlever la veste me fait également totalement régresser niveaux liberté d’action : je me sens beaucoup plus fragile, les plaies piquottent plus (mais je pense que l’air est bon pour elles), ça tire / fait mal vachement plus vite (capacité de mouvement limitée). Et alors que j’étais un électron libre ces jours-ci et que je sortais pas mal dans Montpellier, je me retrouve cloué à l’intérieur, très peu mobile et avec beaucoup trop de temps pour penser.

Mais bon. Si mon téton gauche daigne m’informer de son bon état, je pense que je supporterai « l’enfermement » quelques jours.

En attendant je vais essayer de redevenir un cinéphile sociopathe pour quelques jours, l’histoire de faire passer le temps. Je suis pas sûr d’y arriver mais bon, ça vaut le coup, surtout que j’ai quelques bons films indy à voir. Au programme pour l’instant : All the real girls (2003) de D.Gordon Green, Chopper (2000) de A.Dominik, Diggers (2006) de C.Dieckmann…

Comments are off for this post

Post-op #6 : J+15

Petite maj sur ma condition deux semaines post-op avec, en prime, une photo sur laquelle je me brosse les dents.

En fait, c’est assez bizarre, mais j’ai plus de douleurs ces jours-ci.

Ca piquotte au niveau des cicatrices. Je pense que c’est lié aux croûtes : ben oui parce que le fait que ce soit noir sur les tétons est temporaire ! Bientôt la peau va tomber et une nouvelle va la remplacer, toute neuve. Le processus a commencé et du coup je saigne un peu parfois en sortant de la douche, ce genre de trucs… Ca tire aussi plus souvent, mais c’est lié au fait que je suis plus mobile : maintenant ça tire au lieu de faire mal. C’est mieux mais assez inconfortable, surtout quand j’évalue mal un mouvement ou que j’ai un mauvais réflexe.

Et puis j’ai l’impression que mon torse se réveille. J’ai toujours une sensation d’engourdissement quand je touche, mais les bleus se font plus sentir. Par exemple, parfois, quand je mets mon bras le long de mon corps, je sens que ça fait mal.

M’enfin, niveau mouvements j’évolue grave, je suis capable de faire la majorité des choses quotidiennes maintenant, même si je me fatigue assez vite. C’est parfois trompeur mais c’est globalement très cool de se sentir moins handicapé !

Ps : C’est hs avec le point santé, mais, man, qu’est-ce que j’aime sortir de la douche avec juste la serviette autour de la taille ! D’autant plus que je suis de plus en plus à l’aise torse nu sans la veste de compression !

1 comment

Post-op #5 : J+8

J’ai hésité à poster si tôt des photos sur un blog « grand public » (ahah, j’oppose juste ça aux forums spécialisés) mais bon, dans le fond, je décris bien des trucs gore alors pourquoi pas montrer franchement les choses… Et puis je me dis que si un FTM en plein doute sur sa transition and co (je suis passé par là) tombe sur un blog détaillé niveau parcours, ressenti, mais aussi riche en photos, c’est toujours cool, ça donne une idée plus précise et ça peut aider.

Quant aux autres, ceux qui n’ont pas l’habitude de ce genre de photos si près de la date d’opé, et bien comme ça maintenant vous aurez une idée de ce que ça donne ! Et vous pourrez suivre l’évolution jusqu’à la version de dans un an (et plus), après la cicatrisation, quand la peau aura retrouvée sa forme, sa souplesse, son élasticité, que les bleus (léger gonflements par endroits, mais je sais pas si ça se voit sur les photos) se seront résorbés, et que j’aurai pu muscler et faire bronzer ce petit torse ! Et puis bien sûr la testo va continuer son effet sur mon corps, rendant les muscles plus visibles, déplacement des graisses, modifiant ma carrure/silhouette générale etc, pour arriver à un torse encore plus masculin.

Bref, voilà donc mon torse à J+8, quelques heures à peine après avoir enlevé les drains.

PS : Et, oui, je sais, j’ai une putain de marque de t-shirt ! ^^
PPS : Sur la première photo j’ai l’air en bad, c’est encore une fois pas le cas hein !
PPPS : Pour les non-initiés aux photos post-op, n’hésitez pas à commenter ou à m’envoyer un mail, je suis très curieux de connaître l’avis de quelqu’un qui n’a jamais (ou quasi) vu de photos si peu de temps après l’opé. Et puis bon, c’est toujours cool un petit mot, dans la mesure où – même si c’est mon choix – c’est quand même assez perso comme tof.

3 comments

Un Yankee à Washington

Bon, après quelques tentatives infructueuses, J. a réussi installer le « waïfaï » (wifi) sur mon ordi (problème de clef WEP résolu). Je retrouve donc mon ordi, le clavier français et du coup je peux maj le blog avec des photos.

Oui, donc, Washington.

Déjà, j’ai découvert hier que je pouvais survivre en voiture en m’allongeant sur la banquette arrière. Pas très sécuritaire comme position, mais au moins, comme ça, les secousses se font moins violentes et j’ai pu dormir.

J’ai également arrêté de prendre mon anti-douleur parce que ça me rendait trop nauséeux, et qu’en voiture c’est pas top. Depuis je n’en ai pas repris, pour les mêmes raisons.
Ca va plutôt physiquement, douleur habituelle et supportable.

La gêne vient plutôt d’un inconfort physique (liée au port prolongé de ma veste de compression ajoutée à la chaleur humide et à certains sièges plus ou moins confortables).

Mais bon, hier j’ai vaincu tout ça pour voir Lincoln. Parce que quand même. La maison blanche, toussa, c’était sympa, mais je voulais voir le Lincoln Memorial. Du coup, j’ai dû me hisser jusqu’en haut de ces marches…

Ca a été un effort ultime, mais qui valait le coup, et qui a généré une situation très drôle : pour survivre dans ce milieu hostile, j’ai monté les marches avec le bras gauche appuyé sur le torse, du coup, je me suis retrouvé en haut, face à Abraham, la main sur le coeur, comme un patriote près à chanter l’hymne national…

Bon sinon on est arrivé dans notre famille à Malvern (à 40 minutes de Philadelphie), c’est sympa, très Wisteria Lane ici aussi. La suite bientôt, stay tuned.

Comments are off for this post

Post-op #3

J’ai passé ma journée à dormir. Mal de crâne, nausée : se reposer était probablement la meilleure solution pour parer à ce contrecoup post-op.

La douleur est relativement stable mais mes cicatrices commencent à me gratter. Je sens plus les choses aussi. Les choses étant les différentes parties de mon torse. Avant c’était plus une zone totalement anesthésiée. Maintenant j’ai des vagues sensations, par ci par là.

Je suis tout mou.

Mais je veux faire mon Tom Hanks et voir l’obélisque de Washington (demain) puis Philadephia (plus tard)…

2 comments

Ouch

Je viens de faire ma petite toilette de chat, vraiment pas évident : j’ai cru que j’allais rester bloqué dans la baignoire (incapable de m’extraire à l’aide de mes bras), comme une tortue sur le dos ! J’étais partagé entre, une envie de rire de la situation, une envie de sortir, et une envie de capituler et de rester éternellement dans le bain….

Finalement, après moult efforts et un très léger appui (douloureux) sur le bras droit, j’ai réussi à sortir. Ensuite, drains, puis Mum qui m’a aidé pour le haut (qui est réduit à cause de la veste qui couvre une bonne partie).

Je me sens pas très propre, même après cette petite toilette, avec cette chaleur étouffante ! Ca et un peu clautro aussi, comme dans un plâtre, quand le fait de savoir qu’on ne peut pas bouger nous stresse.

Sinon, niveau douleur, ça empire bizarrement. J’ai très mal au milieu du torse. Mum me conseille d’évacuer ça en pensée : « le corps n’est qu’énergie, le qi c’est l’énergie ». Je ris, et ça me fait mal du coup !

La douleur n’est pas insurmontable la plupart du temps (quand l’effet de l’anti-douleur passe c’est une autre histoire), mais le plus chiant c’est que je peux rien faire, physiquement, pour y remédier (le moindre mouvement empirerait le truc), à part rester zen et immobile.

Du coup, je suis pas sûr qu’on aille à Washington demain, la route et ses secousses ne m’étant pas très favorable.

Ah, et sinon, j’ai eu des bouffées de chaleur aujourd’hui… Youpi. Heureusement, on va dans notre famille américaine vendredi, et lui et médecin donc peut-être qu’il pourra me faire une traduction – ponctuelle – de mon ordonnance d’Androtardyl française pour que je puisse avoir ma piqûre de testo (Fischer n’étant pas habilitée à le faire).

4 comments

Heureusement qu’on a des coudes !

Alors, comme je le disais brièvement dans la vidéo de tout à l’heure, j’ai aperçu un bout de mon torse ce matin !

Betty (l’infirmière) m’a fait m’allonger sur une chaise inclinée, a enlevé ma veste de compression, puis, délicatement, les bandages. Elle a soulevé les pansements et j’ai pu apercevoir la magnifique platitude de mon torse !!! C’était ouf de voir mes pectoraux comme ça !
Je n’ai vu que le haut donc ni les cicatrices, ni l’ensemble, mais le peu vu m’a paru très bien, tout plat, sans plis, bref, nickel. Les tétons eux aussi étaient très biens (les points de sutures sont à l’intérieur, il n’y aura pas à les faire enlever), bien retaillés et tout et tout.

J’ai quand même hâte d’être mercredi prochain, de ne plus avoir les drains, de prendre une douche, et, surtout, de voir mon l’intégralité de mon torse !

Sinon, j’ai la très vague impression que j’ai un tout petit peu gagné en mobilité (j’arrive plus ou moins à soulever mon ordinateur pour pouvoir ensuite me lever) mais niveau douleur, c’est pareil. Et je me fatigue vite si je sors marcher.

Les painkillers font quand même bien effet, et je sens quand il est temps d’en prendre un autre (là par exemple). J’ai donc relativement mal. J’ai dit à Betty ce matin ce que je ressentais : « I feel like I’ve been beat up ». Elle m’a dit que c’était normal…

Le titre du post vient d’une réflexion que je me suis faite avant de m’endormir dans ma position semi-assise hier : si on n’avait pas de coudes je serais incapable de faire le moindre mouvement avec mes bras ! Mais heureusement cette merveilleuse articulation me permet de me servir de mes avants bras, et même de mes mains, c’est formidable !

Ah, et puis comme la loi des séries fonctionne toujours à merveille, j’ai appris tout à l’heure que j’avais été accepté à mon master d’Arts numérique pour l’année prochaine.

Bref, je suis vraiment très très heureux right now !

2 comments

Drains & co

Hop, je viens de vider mes drains du jour. Je trouve d’ailleurs qu’ils n’étaient pas beaucoup remplis (moins de 25 – ml I guess), le gauche moins que le droit.

Et surtout, c’était pas du tout traumatisant. Assez marrant même. Mum m’a filmé pour le « making-off » que je fais depuis le début, et j’ai commenté mon action. C’est simple à faire et je soupçonne la version 3.0 de moi-même de ne plus avoir peur du sang (ça paraît hallucinant mais bon, je viens quand même d’en vider deux poches en riant, so…!).

Sinon, mes parents sont géniaux, de vrais petits assistants parfaits. Ils m’aident à soulever des trucs ridiculement légers, à ouvrir les portes ou à débrancher la prise usb de mon ordi (le dernier exemple, c’est pour dire à quel point je suis handicapé !). Et puis ils me nourrissent, m’apportent mes boissons, réajustent mes coussins, etc. C’est vraiment très agréable d’être accompagnés comme ça !

Voilà pour la maj du soir.

1 comment

Post-op #1

Ndlr : J’ai l’air tristounet sur la photo, en fait c’est juste que j’en ai fait une où je souriais connement en mode « ah ah, je vais en écoeurer plus d’un avec cette photo » et puis ensuite j’en ai fait une avec une tête plus neutre. Bref, tout ça pour vous dire que ça va très bien hein, je suis pas du tout en bad, au contraire !

Bon voilà, 4h après le départ de la clinique ça va mieux. Je n’ai plus trop la nausée ou mal à la tête et je suis sorti du brouillard post anesthésie.

Donc je vais vous raconter le déroulement des choses.

Hier je me suis endormi comme un bébé en deux secondes grâce au somnifère que je devais prendre. J’ai même pas eu le temps d’éteindre mon iPod c’est dire ! J’ai dormi comme un loir non-stop.

Et je me suis réveillé exactement une minute avant le réveil (ça me fait souvent ça les jours importants).

En pleine forme et pas du tout stressé, je suis allé prendre ma dernière douche « comme ça », j’en ai aussi bien profité parce que j’ai pas le droit de prendre de vraie douche (des bains du bas du corps ou des toilettes de chat oui heureusement !) avant qu’on m’enlève les drains, donc approximativement dans une semaine…

J’avais très soif et un peu faim (à jeun) mais on est parti tout de suite et j’ai pas eu le temps d’être frustré du petit dej.

Arrivé là bas, Betty nous a accueilli et m’a amené dans une salle où je devais me changer et mettre une blouse. Puis elle a fait venir mes parents et nous a expliqué le déroulement post-op (notamment comment vider les drains, quand prendre les anti-douleurs, etc).

Puis ensuite mes parents sont partis et le Dr Fischer est arrivée quelques minutes après pour me faire les marques au marqueur en mode Nip/Tuck. Elle était aussi avec une autre infirmière, adorable et très tactile et rassurante.

Après cette rapide reprise de contact avec Fischer, c’est Matt l’anesthésiste qui est venu me voir pour me poser quelques questions pour pouvoir bien faire son boulot.

Et puis ensuite, hop, j’ai enfilé mon chapeau d’opération et je me suis dirigé avec l’infirmière au bloc.

C’était marrant, assz différent des salles françaises, déjà parce que la table d’opération était en forme de croix. Elle m’a dit de m’allonger, de poser ma tête dans le « donut » qui sert à soutenir la tête et puis j’ai étendu mes bras en mode Jesus. Matt m’a planté une aiguille dans le bras, raccordée à une poche d’un liquide transparent supposé me rendre comateux, pendant que l’infirmière me tenait gentiment le bras pour me rassurer (j’étais pas du tout stressé mais c’est toujours agréable de se sentir assisté comme ça).
Et puis ensuite Matt m’a demandé de respirer dans le masque pour m’endormir. Je crois que j’ai respiré trois ou quatre fois seulement et puis pouf.

Je me suis réveillé dans la salle de réveil, par des « Sam » (avec accent américain) qui me disait des trucs auxquels il me semble avoir répondu machinalement sans trop faire attention.
Je crois que je me suis ensuite rendormi et puis réveillé à nouveau quand mes parents sont arrivés.

J’avais les drains, les bandages et puis le truc accroché à mon index pour vérifier la pression de mon sang.

L’infirmière a pris plusieurs fois ma tension en me demandant si ça allait et m’a mis ma veste de compression par dessus les bandages. Elle nous a expliqué une dernière fois les petites choses à faire d’ici demain, m’a aidé à enfiler ma chemise et m’a aidé à me hisser sur le fauteuil roulant. Elle m’a ensuite amené jusqu’à la voiture et puis voilà, on est reparti vers l’hôtel.

J’ai comaté quelques heures en début d’aprem, bu beaucoup, et puis j’ai finalement pu manger un peu il y a un petit moment.

Le painkiller fait son effet mais j’ai quand même un peu mal. C’est une douleur sourde comme quand on a de gros bleus, et de temps en temps j’ai une zone ou une autre qui me lance plus précisément.

Et puis évidemment je suis très très réduit dans mes mouvements que je limite donc au maximum (le plus dur c’est quand je vais aux toilettes). Je marche à deux à l’heure en faisant des tout petits pas et j’ai un angle de possibilité de mouvement de l’ordre de 90° avec mes bras (latéralement) et je peux pas les monter, juste les baisser le long de mon corps.

Bref, mes activités pour les prochains jours vont probablement être : ordinateur, dodo, tv, lecture… pas plus. Pour l’instant.

Mais je compte quand même bien visiter Washington et Philadelphie !

Ce soir vidage de drains (qui se remplissent lentement mais sûrement), ça va être sympa, je vous raconterais comment je m’en suis sorti (hihi) !

Et puis demain rdv à 8h à la clinique pour vérifier que tout va bien. Je dois être à jeun à nouveau au cas ou il faudrait repasser par le bloc (si hémorragie il y a).

J’ai hâte de jeter un coup d’œil rapide (avant qu’ils me remettent les pansements et la veste de compression) à mon tooorse (même si ce sera probablement un peu gore) !!!

Voilà pour le compte-rendu détaillé.

Et merci à tous ceux qui m’ont envoyé un petit message de soutien, j’apprécie beaucoup ! 🙂

6 comments

« Page précédentePage suivante »boink