A la base il y a l'envie d'expliquer ce commencent. L'idée du souffle. Et puis finalement il y aura Richard Gere, Godard, l'amour, la mode, les décennies, l'argent. Chouette programme, non ?

Aussi étrange que ce soit, si j'ai été capable de faire une installation improbable dans ma chambre (rappelons qu'il s'agissait de l'époque de la VHS...) pour voir simultanément les Psycho d'Hitchcock et Van Sant. je n'ai jamais fait aucune démarche pour voir Breathless, made in USA. Pourtant, en soit, j'ai toujours trouvé l'existence de ce film complètement incroyable.

En fait, en y réfléchissant, l'idée de faire des remakes de films de la Nouvelle Vague est à la fois complètement 'llben (10's) – contraire de has-been et concernant la décennie (2010).
Merde cette idée serait-elle pop ?

Tout cela me ramène à un de mes grand sujet de réflexion. Les cycles temporels des tendances qui façonnent le monde. Je vais vous la faire courte cette fois ; en gros, les quadras ont le pouvoir et l'argent (du présent) dans les sociétés occidentales. Leurs vingt-ans les hantent et ils veulent recréer tout ce qu'ils ont aimé. OMG. H&M en fait, c'est l'histoire du premier amour ?

Bref. Donc, si on s'est bouffé le pire (et le meilleur) des 80's (couplé à un léger esprit 60's, ça marche toujours à deux ces histoires là, vous savez bien) dans la fin de la décennie 00's, c'est parce que les personnes avec le pognon, était des enfants dans les 60's et des twenty something dans les 80's. Voilà, c'est tout simple. On verra une autre fois, qu'en fait non. Et que le schmilblick s'accélère. Et que je me pose beaucoup de questions sur le passage au présent (au futur ?) de la mode. Ce serait presque psychédélique comme pensée si ce n'était pas aussi terrifiant.

Well. Now. Tout ce post part d'un film sur lequel que je ne développerais pas, et pour cause, je ne l'ai pas vu. Oui, on parlait de Breathless, made in USA donc. Celui de 1983.

Et finalement ce qui m'a fait écrire ce post c'est simplement ce drôle de constat qui me frappe aujourd'hui : je n'ai jamais fait la moindre démarche pour voir Breathless. C'est presque aussi fou que l'idée de faire ce film. Ce qui m'intéresse, c'est que ce film, je vais le regarder. Aujourd'hui.