En fait le mot qui revient beaucoup dans les différents discours des « expert-e-s » (DRH, coachs, etc) sur l'identité numérique est la cohérence. Cohérence entre l'identité physique (pour ne plus dire réelle vue l'évolution du sens, des usages et pratiques) et entre l'identité numérique. Le truc, c'est que l'identité numérique est, comme toute identité, fractionnée, morcelée et éparpillée sur tout le réseau (différents comptes mails, identifiants sur les réseaux sociaux, etc). Ce qui est intéressant c'est qu'aux débuts d'internet, on parlait beaucoup du « pseudo » (en convoquant les mêmes expert-e-s ou presque). En gros, il y avait l'individu-e « réel-le » (cette fois) et le pseudo qui naviguait sur internet. Les blogs et les réseaux sociaux, notamment, ont changé tout ça parce qu'ils mettent en jeu l'individu-e et non plus un simple pseudo. Au delà des questions d'inscription (nécessitant une adresse mail non-réutilisable pour créer un autre compte, les civilités, parfois un numéro de téléphone portable, une adresse, etc), même le plus secret des internautes se retrouve amené, à terme, à divulguer des informations sur sa vie personnelle, hors réseau.

Je crois que, personnellement, ma crise de l'identité numérique a avoir avec... la question de l'outing. Eh oui. Parce que de fait, si on résume, j'ai utilisé pendant de nombreuses années un pseudo et une adresse mail unique qui se basait sur un jeu de mot avec mon surnom pré-transition. Ensuite, lorsque j'ai pris conscience du fait d'être trans, j'ai choisi en quelque sorte un nouveau « pseudo », créé une adresse mail, différents comptes (facebook, etc). La différence, en plus de la temporalité (les réseaux sociaux n'existaient pas avant – mon dieu que cette phrase me vieillit), c'est que le chemin a été inverse : au lieu de (me) choisir un pseudo pour vivre une identité numérique plus discrète, mon pseudo choisi est petit à petit devenu mon identité physique.

Du coup, je crois que ce qui se joue aujourd'hui c'est la mise en adéquation de tout ça. Cela veut dire faire table rase d'un certain nombre de choses, mais aussi en quelque sorte accepter de détruire la part de pseudo qui existait. Faire la synthèse quoi. Etre cohérent... Et en ce moment, alors que j'ai des papiers à un prénom et d'autres à l'autre, que je suis totalement sans papier (physiques : carte d'identité et passeport), la cohérence ce n'est pas du tout ça...

Par ailleurs, pour en revenir à la question de l'outing, l'identité que j'ai créé numériquement peu de temps avant et pendant ma transition est très clairement trans. Je veux dire, oui bien sûr, je suis trans, mais mon identité numérique l'est tout particulièrement. Et aujourd'hui, je n'ai pas forcément envie de lier toute ma vie (physique et numérique) à ma transition, au fait d'être trans.

C'est un peu comme si je peinais en ce moment à créer une identité « totale » (je ne trouve pas pour l'instant de meilleur mot), avec ces différents morceaux, et à l'assumer (la diffuser) publiquement.

Et si la question du qui-suis-je est potentiellement sans fin et irrésolvable, celle du qui-suis-je-numérique l'est beaucoup moins. Surtout, la première n'a pas a être « créée » (elle existe), alors que la deuxième doit l'être, et, si déjà le cas, doit être (re)façonnée, (re)pensée, alimentée, etc...