Le Loup des Steppes

Transition d'un jeune loup FTM

Archive for the 'Activisme' Category

Activités militantes

Encore une fois je n’ai pas écris depuis un long moment…

Pendant mon absence, il s’est passé beaucoup de choses !
C. d’abord.
(Je vous avais un peu parlé, je l’ai rencontré au moment de l’hysté.)
: )

Par ailleurs, je me suis beaucoup investi dans l’associatif / le militant !
Avec un groupe d’ami-e-s, on a fondé, OUTrans, une association trans.
Je me suis par ailleurs engagé dans Act Up-Paris.
Pis à nouveau dans l’organisation de Existrans, ainsi que dans différents groupes et comités inter-associatifs politiques et/ou LGBT.

J’ai par ailleurs monté le site Trans et VIH, en lien avec une brochure de prévention qu’on prépare, avec C. notamment.

Bref ! Beaucoup d’activité !
Je pense qu’un jour je développerais la page « À propos » de ce site, pour y mettre mes/nos différentes réalisations.

Comments are off for this post

« On a Sunday morning »…

J’ai pris la résolution de ne plus boire jusqu’à mon anniversaire, pour arrêter de mess around et surtout pour « purifier » mon corps pendant un mois et faire du bien à mes cicatrices qui persistent à êtres roses… J’ai donc passé mon premier week-end sans boire d’alcool. Dur. Surtout en ce moment avec toutes ces sorties Mais j’ai de la volonté quand je le veux et je compte bien m’y tenir.

Sinon. Levé 8h. Fais un footing matinal. Suis allé au marché. Puis au cinéma, voir (enfin !) Entre les murs, film que j’ai beaucoup aimé, qui m’a ému et qui mérite vraiment sa Palme d’or.
Le tout avant 14h !

Du coup là je suis un peu naze et la semaine s’annonce encore chargée donc je fais une maj parce que je sais pas trop quand j’aurai le temps.

Réunion avec le collectif Uni-T, rdv chez le psy, lettres à rédiger pour de potentiels chirurgiens de Mtp, réunion au MAG avec la team du projet trans (et HES donc), permanence au MAG, Festival Cineffable, les cours, la vie, toussa.

Bref.

Comments are off for this post

Uni-T contre la transphobie

Maj / compte-rendu en mode « forum » :

-/+ Vu gars de mon master (on est 15) en tenant la banderole rose fuschia « Uni-T contre la transphobie » tout à l’heure sur le parvis de Beaubourg. Et il m’a clairement calculé…

+++ C’était sympa ce petit rassemblement, plein de gens m’ont dit « merci » (ouf !) de leur donner le tract, ils m’ont posé des questions, ont été choqué d’apprendre pour l’agression, etc. Bref, le monde n’est pas perdu !

++ Ce soir réunion du collectif Uni-T, ça va être intéressant !

Edit : Rdv au M° Hôtel de ville à 14h30, sortie 6.

Oui donc le week-end dernier a été chargé en réunions et autres regroupements pour discuter de différents projets trans. Je n’ai pas eu le temps d’écrire dessus cette semaine. Mais samedi nous nous sommes vus avec quelques potes pour rédiger ceci :
Contre l’agression de Shyne et contre la transphobie: réagissons!

Le dimanche 12 octobre 2008 au soir, soit le lendemain de la marche Existrans, Shyne a été pris à partie par une demi-douzaine de personnes, subissant dans un premier temps des insultes. En entendant le son de sa voix, les individus ont émis des insultes portant sur l’apparence masculine de Shyne et sur sa voix peu grave. L’ayant reconnu comme l’une des personnes qui ont manifesté la veille pour l’Existrans, ils l’ont ensuite passé à tabac. Shyne a été déclaré en incapacité totale de travail de 2 mois renouvelable, et a 2 côtes cassées et 22 points de sutures.

Cette agression est un acte de transphobie. La transphobie est une oppression spécifique qui touche les personnes non conformes au système de genre binaire et figé qui assigne les individus au genre soit masculin, soit féminin. La transphobie touche: les personnes androgynes, les garçons efféminés, les filles masculines, les FtM (Female to Male), les MtF (Male to Female), les personnes intersexes, les personnes qui ne s’identifient et ne sont perçuEs ni comme homme ni comme femme, les personnes transsexuelles, et les personnes transgenres.

La transphobie a des conséquences concrètes: elle fait de l’espace public un espace toujours potentiellement dangereux, elle invisibilise les personnes trans’ en rendant difficile d’avoir une existence sociale dans son genre d’élection, et elle peut amener en retour les personnes trans’ à se replier sur soi, à avoir peur de se visibiliser et à demeurer encore plus isoléEs.

Etre victime de transphobie, c’est avoir des difficultés à retirer un paquet à la poste, c’est être clandestin dans son propre pays parce que ses papiers ne correspondent pas à son identité, c’est avoir des difficultés à être employéE, à trouver un logement, c’est faire d’un banal contrôle de titre de transport l’obligation d’étaler sa vie privée, c’est se sentir en danger dans la rue et face aux policiers, c’est subir des violences symboliques voire physiques, au quotidien, et être soumisE à la mainmise des psychiatres, seulEs habilités à juger du bien-fondé de notre identité et de notre existence.

En France, la transphobie n’a pas d’existence juridique, et la seule autorité compétente, la Halde, a certes des prises de positions favorables aux victimes de transphobie, mais qui ne sont fondées sur aucun texte juridique, d’où le caractère fluctuant et singulier de ses avis.

Pourtant la transphobie existe, c’est pourquoi nous exigeons :

– l’inscription de la discrimination de genre dans la loi (Code civil, Code du travail, Code pénal…)
– la facilitation du changement d’état civil
– une véritable politique de lutte contre les discriminations fondées sur l’identité de genre
– une politique d’éducation et de prévention généralisée sur la transphobie et les identités trans’
– l’institutionnalisation de la lutte nécessaire contre le binarisme et l’hétéronormativité, afin de lutter efficacement contre la transphobie au même titre que la lesbophobie, l’homophobie et le sexisme
– et plus largement la dépsychiatrisation des questions trans’, ainsi qu’une refondation des relations entre le corps médical et les personnes trans’, la mainmise des psychiatres étant une forme de transphobie lourde et de long terme.

La transphobie nous concerne touTEs*: nous pouvons touTEs en être le vecteur, et nombre d’entre nous en sont fréquemment les victimes. C’est pourquoi il est nécessaire de réagir aux actes de transphobie et de lutter contre la transphobie.

Nous appelons donc à un rassemblement pour manifester contre l’agression de Shyne et contre la transphobie.

Le collectif UNI-T contre la transphobie

*féminin générique

Nous ne communiquons pas l’heure et le lieu sur les sites publics pour éviter les ennuis (j’ai beaucoup appris sur les RG et toutes ces choses là aussi tiens samedi…) mais je ferai passer l’info au dernier moment.

Bref, parisiens, venez nombreux ce samedi pour lutter contre la transphobie !

1 comment

Photos de l’Existrans 2008

Comme j’ai trouvé un moyen pour transférer mes petites photos de l’Existrans, en voici quelques-unes…

Pour info, le contre-champ à la photo de Naiel (la 6ème photo) c’est ça.

Comments are off for this post

Projets militants, culturels et associatifs # « 1 »

Alors. La suite de la journée d’hier et évènements à venir du week-end… Je vais fonctionner par « liste » parce que sinon on va pas s’en sortir :

– Hier réunion au MAG avec la nouvelle présidente S., Cw, A., L.P (MTF déléguée aux questions de genre d’HES, qui, au passage, est une personne adorable et très intéressante que je suis très content d’avoir rencontré !) et M. L’idée : se réunir régulièrement pour monter le « projet trans » au sein des deux organismes (le MAG et HES donc). En quelques lignes, la première idée est de faire 3 questionnaires en ligne pour pouvoir avoir des données précises (sur les jeunes trans, les éducateurs et parents de ces jeunes) pour pouvoir faire une étude dessus et ensuite en déduire une série de projets, mesures nécessaires (l’idée c’est qu’avec HES on peut espérer faire remonter ça aux politiques, les rencontrer…) etc. La deuxième est de réaliser une brochure pédagogique sur les trans, dans un premier temps à l’échelle du MAG. Enfin, Cw et moi allons faire une formation pour devenir « accueillants » au sein du MAG et pouvoir, à terme (si possible d’ici la fin de l’année), ouvrir le MAG un soir par semaine (ou autre, fréquence à définir) pour une permanence « spécial trans » qui pourrait répondre à une demande importante vu que pour l’instant ce type de lieu, pour les jeunes surtout, n’existe pas.

– Demain je dois voir N. et d’autres potes du forum pour parler de la création d’une asso « côté FTM ». Pour l’instant beaucoup de motiv’ de parts et d’autres, mais je ne pourrais en dire plus que lorsque la réunion (qui, dans l’idéal, se reproduira de façon hebdo) aura eu lieu.

– Dimanche réunion post-Existrans, bilan, débat sur la marche de l’année prochaine…

– Projet de campagne de spot « Spottons la transphobie » (je suis très fier de ma trouvaille pour le titre). L’idée : des spots cours, basés sur une idée accrocheuse, efficaces, un peu à la manière de ceux qui sont réalisé pour lutter contre le tabac, l’alcool au volant… J’ai déjà trouvé plein d’idées pour les spots, et puis d’autres potes en proposent aussi, c’est cool. Je pense que ça va se faire assez vite puisque ce n’est pas très lourd à réaliser. Le but étant de lancer le site, la campagne promo (je compte bien harceler toute la presse jusqu’à ce qu’ils en parlent, vu comment ils ont cordialement ignoré l’Existrans, ça va être sympa) et les spots (pas tous en même temps ceux là), pour début 2009.

– Projet de Calendrier trans pour 2010. Peu de choses à dire encore sur ça, le titre est assez explicite… Beaucoup de question (portée politique ou simplement artistique du projet, etc). Et puis comme ça vous pouvez tripper à nous imaginer en Dieux des stades… Huhu.

– Et le pire c’est que je suis sûr que j’en oublie là ! Ca peut paraître beaucoup mais les projets sont étalés dans le temps et surtout il y a pas mal de gens dessus tout de même.

Sinon, parce qu’un peu de frivolité ne fait pas de mal au milieu de toutes ces questions sérieuses, j’étudie la possibilité de faire le concours SamSam ! J’aimerai bien gagner la peluche SamSam (parce que malheureusement le déguisement risque d’être trop petit).

3 comments

Vidéo de l’Existrans 2008

Voilà, c’est filmé à l’arrache, j’ai fait le montage rapidement cette aprem, et, pour la petite histoire : oui, oui, je sais que c’est plutôt l’Existrans du côté transboys mais j’avais peu de batterie (boulet que je suis) et je n’ai pu filmer que jusqu’à République…

Enfin, c’est rigolo, on voit plein de gens du forum dessus. ^^ (J’espère que ça ne posera pas de problème d’image, mais si vraiment ça vous embête d’apparaître dessus, dite le moi).

Comments are off for this post

Me, myself, I à l’Existrans

En attendant de retrouver mon câble d’appareil photo (je perds un peu espoir cela dit) et de pouvoir mettre mes tofs (sur lesquelles je ne suis pas, forcément) voici 3 tofs de me, myself, I. Merci beaucoup à Cw, sinon j’aurai pas trop eu d’images de moi-même.

La première c’est à République, et les deux autres c’est rue Beaubourg, quand je me suis finalement décidé à me mettre torse nu (mais pas sans crème solaire !).

3 comments

« Y’en a assez! assez! assez d’cette société! qui ne respecte pas les trans, les gouines et les pédés! »


(Photo Caphi)

Non non, je n’ai pas disparu à queer city, si je n’ai pas posté depuis un petit moment c’est tout simplement parce que j’ai été très occupé. Ce qui est plutôt bon signe, non ?

C’était aussi ma rentrée universitaire aujourd’hui et je suis vraiment naze car j’ai peu dormi ces derniers temps. Donc il est fort possible que ce post soit assez mal écrit, mais bon, c’est pour donner des news, et dans mon état de fatigue, le fond prime sur la forme.

Et puis de toute façon pas besoin de beaucoup de mots pour dire que : ce week-end de l’Existrans a vraiment été génial ! Moi être très content.

La manif en elle-même : Vraiment cool de voir tous mes potes et de rencontrer d’autres ftm (du forum ou d’ailleurs), queer, mtf, butch, etc. Plein de rencontres, de discussions, et de slogans. Je me suis aussi baladé dans Paris torse nu ce qui a été assez jouissif dans son genre (merci Al. de m’avoir motiv).

Quant aux regards des passants, hum, les gens avaient leurs mâchoires décrochées et nous regardaient avec des yeux de merlans fris. J’étais totalement dans la marche et bien entouré donc je n’ai pas fait tellement attention aux commentaires transphobes ou aux regards méprisants, je préfère retenir l’étonnement total de tous ces gens. C’était même assez amusant de voir leurs regards perplexes et leur incompréhension. Et puis surtout cela montre à quel point cette marche est nécessaire !
À ce propos j’ai adoré le moment de l’arrivée devant Beaubourg où il y avait des free huggers très content de pouvoir nous prendre dans leur bras !

La soirée post-existrans dans le marais : Super soirée là aussi, dans la continuité de l’ambiance de l’Existrans, mais en plus relax, plus fun, plus alcoolisé, aussi. J’ai ainsi pu découvrir que vodka-manzana-cannelle est un délicieux mélange, que Donna Summers fait parti de mon inconscient, etc.

L’aprem et le repas Queer food for love à La Rotisserie : Le principe, faire à manger bio, vegan, purple puis manger tous ensemble ensuite. Bonne ambiance, retrouvaille et bon trip avec les gens de la vieille, rencontre inopinée « in real life » avec une transgenre avec qui j’étais en contact par mail et à qui je vais prêter ma voix pour un projet de bibliothèque sonore, discussion sympa avec Cd. un ftm photographe de San Francisco qui passe l’année à Paris, bref, very nice evening quoi.

Ce qui ressort de ce week-end (en plus du fun) c’est aussi que le fait de tous se croiser nous a permis de discuter de différents projets artistiques, militants, associatifs qui devraient pouvoir prendre forme dans les semaines et mois à venir.

Bref, tout ça était vraiment très cool.

MAIS.

Oui, il y a un mais. En ce week-end d’Existrans, de lutte contre la transphobie, l’un des notre a été tabassé par des connards de transphobes qui méritent la taule. Après avoir cuisiné avec nous il devait aller à Gare du nord puis revenir à la queer food, mais il est tombé sur des monstres transphobes. 22 points de sutures et 2 côtes cassées parce qu’on est trans, ça me mets vraiment hors de moi. Je suis très énervé et je voulais en parler pour rappeler que tout n’est pas fun, rose ou génial.

Du père qui répond à sa fille de 7 ans qu’on est des malades mentaux au groupe de mecs qui veut casser du trans, la transphobie est partout et on a pas fini de lutter contre…

Alors, je sais que la colère ne sert à rien et je n’ai pas envie de m’abaisser à leur niveau. Je dirai même qu’au contraire, cette triste histoire me donne envie de militer encore plus, et me ravis encore plus de travailler sur la brochure en préparation avec le MAG (on en reparlera), de faire un peu de pédago au près de jeunes ou autres, d’avancer sur mes différents projets artistiques, etc.

Etre visible. Quoi qu’il arrive. Parce que se cacher serait leur donner ce qu’ils veulent. Et je refuse de leur faire ce plaisir là.

3 comments

Existrans 06

(Photo Warholswig)

Comments are off for this post

Communiqué de presse – Existrans 2008

L’EXISTRANS, marche des trans et des intersexes (1)
aura lieu ce samedi 11 octobre à 14h, métro Belleville
Parcours : Belleville -> Beaubourg (14h – 16h)

Il y a onze ans que nous marchons, et depuis onze ans rien n’a changé.
Certains pays (la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, L’Espagne, la Hollande, le Népal) ont adapté leurs législations à la transidentité. Même si ces aménagements sont loin d’être parfaits, ils témoignent d’une volonté totalement absente en France. Les réponses de la France à la question trans sont l’immobilisme, les psys transphobes, le sensationnalisme des médias, le mépris.
Dans notre communauté, la majorité fait face, bénéficie d’une vie professionnelle. Mais pour les autres, pour trop d’autres, c’est la précarité et le non-emploi, un taux de VIH qui double celui des gays, le travail sexuel non choisi, les violences subies rarement prises en compte par la justice… D’un point de vue médical, légal ou éducatif, tout reste à faire.

La médecine
Que ce soit le chirurgien qui opère un bébé né intersexué ou le psychiatre qui s’attribue le droit de dire si une personne est trans ou pas, le pouvoir médical nie trop souvent la parole et les droits des trans et intersexes.
Seul un rapport de confiance entre le médecin-psy et les personnes concernées, qui allie information médicale donnée et prise en compte des contraintes, peut permettre d’améliorer les choses. Le psychiatre devra être librement choisi par la personne trans, sans avoir de droit de veto sur le choix de la personne.

Prochainement la Haute autorité de santé (HAS) doit soumettre un projet au sujet de la prise en charge des trans au ministère de la santé. Sans avoir réalisé d’études épidémiologiques et statistiques sur les traitements hormonaux prescrits aux trans et intersexe, ou sur les interactions des antirétroviraux avec d’autres pathologies, il est difficile d’imaginer un projet sérieux et réfléchi. D’autant que le point central de ce projet prévoit des centres experts dont le fonctionnement ressemble fortement à celui des équipes actuelles. Si expertise il y a, elle n’est certainement pas entre les mains de quelques soi-disant spécialistes mais bien entre les mains des personnes trans et intersexe elles-mêmes, et l’usagerE doit avoir le mot final sur l’hormonothérapie et les opérations.

Les lois
Faire correspondre son identité sur les différents papiers administratifs reste une priorité dès lors qu’on souhaite avoir une activité professionnelle. Des évolutions doivent être mises en place : la mention de genre devrait pouvoir être changée, conservée ou supprimée à la demande des personnes. Idem pour le numéro INSEE (Sécu) dont le 1er chiffre devrait pouvoir être modifié ou supprimé. La modification de l’état-civil via une procédure administrative doit être simplifiée, sans recours à des expertises extérieures et sans contraintes de délais ou de modifications corporelles spécifiques.

Ces évolutions administratives ne pourront se faire que si les discriminations à l’égard des trans et des intersexes sont reconnues et combattues :

– maintien des droits parentaux pour les trans déjà parents,
– arrêt des répressions à l’encontre des travailleuses et travailleurs du sexe par l’octroi de statuts et de droits ;
– mise en place de dispositifs d’insertion socio-professionnelle ;
– prise en compte de la spécificité trans et intersexe et des risques que ces personnes encourent dans les espaces non-mixtes : milieu carcéral, piscines, logements étudiants, etc.
– intégration de la discrimination liée à l’intersexualité et la transidentié dans les critères d’asile politique, tout comme dans les divers textes de lois destinés à prévenir les discriminations (code du travail, HALDE, loi sur la presse, etc.)

L’Éducation
Chaque individu construit son genre qui doit lui être personnel, malgré les normes que nous impose la société. Nous demandons la formation, en partenariat avec des associations trans, de tous les personnels médicaux, administratifs et pédagogiques aux problématiques trans et intersexes. Parce que les trans et les intersexes sont confrontés avant tout à l’incompréhension de la société à laquelle ils appartiennent, parce qu’ils sont, dans de trop nombreux cas, en échec scolaire, parce que les violences urbaines naissent de l’ignorance, nous demandons que la transsexualité soit abordée, de la même manière que l’homosexualité, dans le cadre des cours d’éducation sexuelle.
Notre colère est à la mesure des discriminations dont nous souffrons.

RESISTRANS – ASB – Act Up-Paris – MAG

Des manifestations similaires auront lieu à Bruxelles, Madrid, Lisbonne, Corunha, Donosti, Bilbao, Gasteiz, Saragosse.
……………
(1) Trans : personne (opérée ou non) vivant socialement dans un genre autre que son genre biologique.
Intersexe : personne au genre biologique indéterminé à la naissance.

Bref, qui que vous soyez (trans ou pas !) si vous voulez nous soutenir, venez, marchez, criez ce samedi 11 octobre !

2 comments

Page suivante »boink