Le Loup des Steppes

Transition d'un jeune loup FTM

Archive for the 'Média' Category

Jack

Cette photo est extraite d’un article du NY Times, The Trouble When Jane Becomes Jack , lu probablement en 2006. Ce type m’avait complètement fasciné à l’époque parce qu’il avait à mes yeux tout d’un type normal… Si je la mets ici c’est pour me redonner la foi dans la cicatrisation, pour m’aider à me dire que ouep, dans quelques années ce sera vraiment nickel.

[Edit du 16-03-2013 : Ce post n’était pas daté dans mes archives, sa date de publication est donc estimée]

Comments are off for this post

Three transitions (Peter Campus, 1973)

J’ai eu que des cours passionnants aujourd’hui ! J’ai beaucoup appris et aussi avancé sur mes recherches pour les différents travaux que j’ai à faire (notamment l’un sur les artistes Klonaris/Thomadaki et l’autre sur les notions de genres, corps et identités dans l’art (numérique)).

Bon par contre je suis épuisé alors je simplement vais vous laisser méditer sur le formidable travail de Peter Campus…

1 comment

Photos de l’Existrans 2008

Comme j’ai trouvé un moyen pour transférer mes petites photos de l’Existrans, en voici quelques-unes…

Pour info, le contre-champ à la photo de Naiel (la 6ème photo) c’est ça.

Comments are off for this post

Projets militants, culturels et associatifs # « 1 »

Alors. La suite de la journée d’hier et évènements à venir du week-end… Je vais fonctionner par « liste » parce que sinon on va pas s’en sortir :

– Hier réunion au MAG avec la nouvelle présidente S., Cw, A., L.P (MTF déléguée aux questions de genre d’HES, qui, au passage, est une personne adorable et très intéressante que je suis très content d’avoir rencontré !) et M. L’idée : se réunir régulièrement pour monter le « projet trans » au sein des deux organismes (le MAG et HES donc). En quelques lignes, la première idée est de faire 3 questionnaires en ligne pour pouvoir avoir des données précises (sur les jeunes trans, les éducateurs et parents de ces jeunes) pour pouvoir faire une étude dessus et ensuite en déduire une série de projets, mesures nécessaires (l’idée c’est qu’avec HES on peut espérer faire remonter ça aux politiques, les rencontrer…) etc. La deuxième est de réaliser une brochure pédagogique sur les trans, dans un premier temps à l’échelle du MAG. Enfin, Cw et moi allons faire une formation pour devenir « accueillants » au sein du MAG et pouvoir, à terme (si possible d’ici la fin de l’année), ouvrir le MAG un soir par semaine (ou autre, fréquence à définir) pour une permanence « spécial trans » qui pourrait répondre à une demande importante vu que pour l’instant ce type de lieu, pour les jeunes surtout, n’existe pas.

– Demain je dois voir N. et d’autres potes du forum pour parler de la création d’une asso « côté FTM ». Pour l’instant beaucoup de motiv’ de parts et d’autres, mais je ne pourrais en dire plus que lorsque la réunion (qui, dans l’idéal, se reproduira de façon hebdo) aura eu lieu.

– Dimanche réunion post-Existrans, bilan, débat sur la marche de l’année prochaine…

– Projet de campagne de spot « Spottons la transphobie » (je suis très fier de ma trouvaille pour le titre). L’idée : des spots cours, basés sur une idée accrocheuse, efficaces, un peu à la manière de ceux qui sont réalisé pour lutter contre le tabac, l’alcool au volant… J’ai déjà trouvé plein d’idées pour les spots, et puis d’autres potes en proposent aussi, c’est cool. Je pense que ça va se faire assez vite puisque ce n’est pas très lourd à réaliser. Le but étant de lancer le site, la campagne promo (je compte bien harceler toute la presse jusqu’à ce qu’ils en parlent, vu comment ils ont cordialement ignoré l’Existrans, ça va être sympa) et les spots (pas tous en même temps ceux là), pour début 2009.

– Projet de Calendrier trans pour 2010. Peu de choses à dire encore sur ça, le titre est assez explicite… Beaucoup de question (portée politique ou simplement artistique du projet, etc). Et puis comme ça vous pouvez tripper à nous imaginer en Dieux des stades… Huhu.

– Et le pire c’est que je suis sûr que j’en oublie là ! Ca peut paraître beaucoup mais les projets sont étalés dans le temps et surtout il y a pas mal de gens dessus tout de même.

Sinon, parce qu’un peu de frivolité ne fait pas de mal au milieu de toutes ces questions sérieuses, j’étudie la possibilité de faire le concours SamSam ! J’aimerai bien gagner la peluche SamSam (parce que malheureusement le déguisement risque d’être trop petit).

3 comments

Pratique critique des langages informatiques appliqués à l’art…

Journée très réjouissante, à tous les niveaux ! Je suis mort du coup ! Je vais donc scinder en deux post les évènements pour ne pas m’égarer.

D’abord, la fac.

Première chose. Les mecs c’est plus friendly que les filles. Serrage de mains (probablement plus « facile » quand on connaît à peine les gens, ça doit jouer), discussion en petit comité masculin, partage des expériences. C’est génial, vu qu’il n’y a pas de licence dans le domaine, on vient tous d’horizons totalement différentes, c’est enrichissant. Un gars est un illustrateur free lance qui reprend ses études, un autre sort d’une licence en communication et technologies, un autre viens des arts appliqués. (Y’a aussi un gars qui a une coupe de cheveux espagnole horrible mais qui est sympa, un mec d’au moins 45 ans à moustache qui sort des années 70, une coréenne programmeuse de ouf super gentille, une serbe au cheveux rouge, une fille très très cute et souriante, etc).

Et puis bon, n’empêche, c’est trop cool de découvrir ces nouveaux rapports sociaux, j’adore!

Ensuite. Je suis arrivé dans la salle, j’ai montré au prof mon nom sur la liste en lui disant qu’il faudrait qu’il le remplace par Samuel. Il a bloqué un instant, et a levé les yeux en demandant très surpris et très fort : « Remplacer V. par Samuel ??? ». Comme d’habitude, instinct de survie, le mensonge, sans me décontenancer : « Oui oui, je sais pas pourquoi c’est comme ça, c’est un bug informatique il faut croire ». Lui : « Ah, mais euh, vous avez parlé avec l’administration ? ». Moi : « Oui oui, ils sont au courant… ».

Bref, ça aurait pu s’arrêter là et me gêner un peu parce que ça n’aurait pu que reporter « la » discussion avec lui mais heureusement, il nous a fait remplir une fiche pour mieux nous connaître.
Au programme : nous présenter (j’ai donc écrit un texte de cinq lignes pour expliquer mon cas, que j’attends les nouveaux papiers, que mes camarades ne sont pas au courant, etc), parler des artistes et théoriciens de l’art numérique que l’on apprécie, ce que l’on attend du cours, quels logiciels on maîtrise, quelle est la différence entre dispositif et interface, si on fait de la programmation, etc.

Vous vous dites, de la programmation ? OUI !!!

En fait. Ce cours. C’est un rêve. Eveillé !

En gros, on est dans une grande salle chacun à notre poste informatique (récent, même si c’est un PC et que du coup j’ai pas l’habitude), avec tout un tas de logiciels montés sur la bécane. Et, en gros, on a une partie théorique (qui m’a l’air passionnante) dans laquelle on étudie l’histoire et les différents courants de l’art numérique et une partie pratique ou on programme !

Mais attention, là où ça devient géniallisime c’est qu’on ne va pas programmer / coder pour rien, mais pour faire de l’art ! Donc on va apprendre, par exemple, comment écrire les lignes de codes pour faire fonctionner une installation en interaction avec le public (ses mouvements, ses actions, la lumière etc), ce genre de trucs. Ca va me permettre de développer tellement mon champ et mes capacités de création artistique, j’en bave d’avance.

Le plus cool c’est que comme dans les autres cours où on a déjà du taf à faire pour la semaine prochaine, là, chaque semaine le prof va nous donner un mot / concept sur lequel on devra rendre une production (visuelle / numérique etc).

Et l’examen final c’est la présentation orale et la diffusion d’une oeuvre (art vidéo, interactivité, toussa).

Bref. Je suis complètement transcendé par ce cours. Et mon prof est un geek, il a sorti à la coréenne à un moment : « Ah ouais si tu fais du C++ (un langage de programmation) tu pourras développer des patchs pour Pure Data (un logiciel) c’est super ! » Huhu.

Et le bilan de cette semaine c’est que je suis ravi de mon choix d’orientation pour cette année. Parce que même si c’est vraiment dur (je repars un peu de zéro niveau connaissances) c’est incroyablement stimulant et c’est exactement le genre de domaine qui me passionne.

Voilà. Bientôt, la suite de ma journée et tout ce qui concerne le fourmillement de projets associatifs et artistiques en lien avec la « question trans ».

Comments are off for this post

Vidéo de l’Existrans 2008

Voilà, c’est filmé à l’arrache, j’ai fait le montage rapidement cette aprem, et, pour la petite histoire : oui, oui, je sais que c’est plutôt l’Existrans du côté transboys mais j’avais peu de batterie (boulet que je suis) et je n’ai pu filmer que jusqu’à République…

Enfin, c’est rigolo, on voit plein de gens du forum dessus. ^^ (J’espère que ça ne posera pas de problème d’image, mais si vraiment ça vous embête d’apparaître dessus, dite le moi).

Comments are off for this post

Communiqué de presse – Existrans 2008

L’EXISTRANS, marche des trans et des intersexes (1)
aura lieu ce samedi 11 octobre à 14h, métro Belleville
Parcours : Belleville -> Beaubourg (14h – 16h)

Il y a onze ans que nous marchons, et depuis onze ans rien n’a changé.
Certains pays (la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, L’Espagne, la Hollande, le Népal) ont adapté leurs législations à la transidentité. Même si ces aménagements sont loin d’être parfaits, ils témoignent d’une volonté totalement absente en France. Les réponses de la France à la question trans sont l’immobilisme, les psys transphobes, le sensationnalisme des médias, le mépris.
Dans notre communauté, la majorité fait face, bénéficie d’une vie professionnelle. Mais pour les autres, pour trop d’autres, c’est la précarité et le non-emploi, un taux de VIH qui double celui des gays, le travail sexuel non choisi, les violences subies rarement prises en compte par la justice… D’un point de vue médical, légal ou éducatif, tout reste à faire.

La médecine
Que ce soit le chirurgien qui opère un bébé né intersexué ou le psychiatre qui s’attribue le droit de dire si une personne est trans ou pas, le pouvoir médical nie trop souvent la parole et les droits des trans et intersexes.
Seul un rapport de confiance entre le médecin-psy et les personnes concernées, qui allie information médicale donnée et prise en compte des contraintes, peut permettre d’améliorer les choses. Le psychiatre devra être librement choisi par la personne trans, sans avoir de droit de veto sur le choix de la personne.

Prochainement la Haute autorité de santé (HAS) doit soumettre un projet au sujet de la prise en charge des trans au ministère de la santé. Sans avoir réalisé d’études épidémiologiques et statistiques sur les traitements hormonaux prescrits aux trans et intersexe, ou sur les interactions des antirétroviraux avec d’autres pathologies, il est difficile d’imaginer un projet sérieux et réfléchi. D’autant que le point central de ce projet prévoit des centres experts dont le fonctionnement ressemble fortement à celui des équipes actuelles. Si expertise il y a, elle n’est certainement pas entre les mains de quelques soi-disant spécialistes mais bien entre les mains des personnes trans et intersexe elles-mêmes, et l’usagerE doit avoir le mot final sur l’hormonothérapie et les opérations.

Les lois
Faire correspondre son identité sur les différents papiers administratifs reste une priorité dès lors qu’on souhaite avoir une activité professionnelle. Des évolutions doivent être mises en place : la mention de genre devrait pouvoir être changée, conservée ou supprimée à la demande des personnes. Idem pour le numéro INSEE (Sécu) dont le 1er chiffre devrait pouvoir être modifié ou supprimé. La modification de l’état-civil via une procédure administrative doit être simplifiée, sans recours à des expertises extérieures et sans contraintes de délais ou de modifications corporelles spécifiques.

Ces évolutions administratives ne pourront se faire que si les discriminations à l’égard des trans et des intersexes sont reconnues et combattues :

– maintien des droits parentaux pour les trans déjà parents,
– arrêt des répressions à l’encontre des travailleuses et travailleurs du sexe par l’octroi de statuts et de droits ;
– mise en place de dispositifs d’insertion socio-professionnelle ;
– prise en compte de la spécificité trans et intersexe et des risques que ces personnes encourent dans les espaces non-mixtes : milieu carcéral, piscines, logements étudiants, etc.
– intégration de la discrimination liée à l’intersexualité et la transidentié dans les critères d’asile politique, tout comme dans les divers textes de lois destinés à prévenir les discriminations (code du travail, HALDE, loi sur la presse, etc.)

L’Éducation
Chaque individu construit son genre qui doit lui être personnel, malgré les normes que nous impose la société. Nous demandons la formation, en partenariat avec des associations trans, de tous les personnels médicaux, administratifs et pédagogiques aux problématiques trans et intersexes. Parce que les trans et les intersexes sont confrontés avant tout à l’incompréhension de la société à laquelle ils appartiennent, parce qu’ils sont, dans de trop nombreux cas, en échec scolaire, parce que les violences urbaines naissent de l’ignorance, nous demandons que la transsexualité soit abordée, de la même manière que l’homosexualité, dans le cadre des cours d’éducation sexuelle.
Notre colère est à la mesure des discriminations dont nous souffrons.

RESISTRANS – ASB – Act Up-Paris – MAG

Des manifestations similaires auront lieu à Bruxelles, Madrid, Lisbonne, Corunha, Donosti, Bilbao, Gasteiz, Saragosse.
……………
(1) Trans : personne (opérée ou non) vivant socialement dans un genre autre que son genre biologique.
Intersexe : personne au genre biologique indéterminé à la naissance.

Bref, qui que vous soyez (trans ou pas !) si vous voulez nous soutenir, venez, marchez, criez ce samedi 11 octobre !

2 comments

Zabriskie Point

3 comments

Tournage #1 – MAG

J’ai passé une super journée ! Y’a pas à dire, pour moi, les tournages c’est la vie. Surtout que là j’ai réussi à mélanger les deux choses qui comptent beaucoup dans ma vie, à savoir : le cinéma / la création et la « culture queer ».

C’était pour le tournage d’un clip de promo pour le MAG (asso LGBT parisienne pour ceux qui ne connaissent pas) qui « accueille officiellement » les bi et les trans (asso plus homo à la base).

Et, attention, info exclusive et « choquante » : je « joue » dedans (entre guillemets parce que c’est un pour un clip donc le rôle est muet). En gros 6 personnes représentent les lettres LGBT et moi je suis un B (y’avait déjà E. pour le trans FTM).

Cette journée m’a aussi permis de rencontre E., que je lis depuis plusieurs mois (son blog) et que je fréquente sur les différents forums. C’est toujours hyper agréable d’enfin mettre un tête sur pseudo et ça m’a vraiment fait plaisir de le voir.
Il y avait aussi Cw que j’avais vu pour la première fois la semaine dernière et avec qui je trip aussi vraiment bien (même délire ciné, même motiv pour tout un tas de projet, etc). Et puis A., bien sûr, réalisatrice et présidente du MAG. J’ai également pu croiser J. pour la première fois, et rencontrer plein d’autres lesbiennes, gays, gender variants (c’est bizarre de résumer comme ça mais bon) très sympas !

Je suis ravi, et très content d’avoir figuré dans le film parce que dans son genre c’est une grande première ! Je mettrai des captures d’écrans ici dès que Cw m’en fera parvenir !

Et puis aux pauses café, repas ou goûter on a pu discuter de nos différents ressentis, de nos perceptions et expériences… C’était à la fois enrichissant et exaltant de pouvoir parler de tout ça avec des gens qui comprennent et/ou ressentent les choses parfois différemment. Au-delà des parcours et des cases, tout ça m’a fait beaucoup de bien.

Ah et puis on m’a appelé « Samuel » toute la journée c’était cool aussi. J’adore le diminutif Sam mais j’avoue que c’est agréable aussi d’être appelé « en entier » parfois !

Du coup je suis remotivé par la vie, et l’envie de faire tout un tas de projets me porte et m’empêchera je pense de trop rester dans ce mood « incertain » de ces derniers temps.

Agir pour ne pas penser, voilà une des clefs.

5 comments

Existrans 2005

Juste parce que cette photo m’apaise.

La sérénité de son visage, l’esquisse d’un sourire, ce regard fort, presque amusé, défiant, la paix intérieure qui se dégage d’elle. Merci J.

3 comments

Page suivante »boink