Le Loup des Steppes

Transition d'un jeune loup FTM

Archive for août, 2008

Post-op #11 – Maj – A.k.a “I never thought I’d be so happy to see the color pink”

Hop, la vaseline a fait son effet, la croûte est tombée, a priori rien à signaler. Le contour du téton dont la croûte est partie est peut-être un peu moins net (rond) et un peu plus large (? pas sûr) que son voisin mais je sais pas encore très bien car il reste une sorte de couche « marron » sur la majeure partie des deux tétons. C’est comme une fine peau protectrice qui je pense finira par partir à un moment ou à un autre.

Par contre je ressens toujours un sentiment d’enquilose dans les pectoraux, ça commence à me gaver, surtout quand ça pourrait être cool (han, le teasing de la mort qui tue). Hâte aussi de retrouver totalement possession de mon corps et de pouvoir courir, sautiller, tout ça quoi…

Sinon je suis un peu tout le temps fatigué ces dernier temps, je sais pas trop pourquoi.

Comments are off for this post

Protégé : Queer as folk ?

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Comments are off for this post

ABDEFG….HIJKLMN…OPQRST….UWXYZ

« O my brothers, some great bird had flown into the milkbar and I felt all the malenky little hairs on my plott standing endwise, and the shivers crawling up like slow malenky lizards and then down again. Because I knew what she sang. It was a bit from the glorious 9th, by Ludwig van. »

Well, well, well. Mes fantômes sont de retour.

Alors, pour rebondir sur le commentaire de A. « l’extra T-restre » (héhé, j’adore), l’autre jour, ce n’est pas si simple de distinguer en quoi la T influe dans le rapport nouveau que je peux entretenir avec la sexualité.

Très scientifiquement, je pense pouvoir dire après près de 5 mois sous T, que ma libido augmente très clairement une semaine après mon injection. Pendant trois ou quatre jours c’est « assez » (huhu) marqué. Et puis ensuite ça passe et j’ai souvent une phase de mini contrecoup (comprendre, « rah, la vie est dure, pourquoi l’alphabet n’a pas que 24 ou 25 lettres », toussa). Bon par contre c’est pas une règle absolue hein, et je refuse d’être l’esclave des hormones, même si j’y ai toujours été très sensible.

Néanmoins, en dehors de ces quelques jours de pur délire hormonal, il me paraît difficile de faire la part des choses entre ce qui vient du fait que je suis plus à l’aise avec mon corps, et ce qui est juste biologique/chimique.

Evidemment, avant la transition je n’étais pas facile à approcher, M. et d’autres savent de quoi je parle. Mais depuis la T, et surtout la mammec, tout mon rapport à mon corps a énormément changé. Je l’aime et le trouve beau, malgré ses marques et imperfections. Parce que maintenant ce corps c’est le mien. Et je conçois de plus en plus qu’on puisse l’aimer ou le désirer alors qu’avant je comprenais juste pas et j’étais (très) mal à l’aise vis-à-vis de ça.

C’est marrant parce que y’a quelques années on avait eu une discussion avec F., sur les corps de l’homme et de la femme, et que je n’arrivais pas à trancher sur celui que je trouvais le plus beau (alors que, elle, n’avait pas la moindre hésitation…). On en a reparlé l’autre soir et je reste sur mon doute initial. La différence c’est qu’avant il me semble que c’était parce que je désirais ces deux corps d’une façon différente, alors que maintenant, I wonder, est-ce vraiment toujours le cas ?

Enfin bref, je crois que la T en soit n’a peut-être pas une si grande influence, au quotidien. Mais ce que produit la T sur mon corps c’est, clairement, de le libérer. Ce qui se joue là est donc finalement plus un rapport de cause à effets que d’effets tout court…

Comments are off for this post

Post-op #11

Voilà une bonne chose de faite ! En effet, suite à la réponse rapide de Bettye, l’infirmière adorable de Fischer, j’ai pu traiter les fils qui dépassaient (là où y’avait eu les drains) et m’embêtaient depuis un moment :

« Hi Sam, Just have someone take some tweezers and gently pull the suture and then snip it at the skin level. It usually breaks off at the skin level, but sometimes it needs to be cut off. I hope this helps. »

Du coup, muni d’une pince à épiler et de petits ciseaux préalablement stérilisés à l’eau bouillante, Mum et moi avons pu intervenir.

Du côté droit le fil était noir et fin, il est parti tout seul après l’avoir coupé. De l’autre côté, l’espèce de fil de pêche que j’avais n’est pas parti. On a juste coupé au niveau de la peau (pas assez prêt à mon goût mais bon, c’est difficile) et c’est quand même mieux.

Sinon, depuis trois ou quatre jours j’applique plusieurs fois par jour de la crème cicatrisante Cicaplast.

Et, last but not least, j’ai finally appliqué de la vaseline sur la croûte qui traîne trop à partir sur mon téton gauche (on sait jamais ce qui peut se passer sous un croûte épaisse après un certain temps). Normalement en mettant une noix de vaseline dessus et en laissant ça toute la nuit, elle devrait se ramollir et partir toute seule demain.

Voilou pour les petites nouvelles en direct du front.

C’est encore un peu gore mais god j’aime vraiment ce petit torse ! Même si bon, ma pilosité ce développe et je n’ai aucune idée d’à quel moment ça va bien pouvoir s’arrêter. Je sens bien que les mini poils actuels vont devenir plus visible very soon. Et ça, on n’aime toujours pas trop… M’enfin. On verra bien hein.

Comments are off for this post

Middle names

Bon.

Il faut que je commence à penser à mes middle names, qu’il faudra bien que je choisisse à un moment ou un autre. En ce moment, j’aime bien le combo Samuel Hermann James. Ca m’amuse que ça n’ait rien de français, j’aime bien les trois, et la sonorité de l’ensemble. En plus, bon, c’est pas forcément fait exprès mais… Beckett, Hesse, Joyce quoi…

En tout cas, je crois qu’Hermann y sera, j’aime beaucoup le prénom, la sonorité et puis bon, il est significatif. Pour James on verra, ça pourrait être un truc plus drôle aussi. Ou plus banal. Bref, à voir, pour l’instant je me questionne juste. C’est assez trippant !

Héhé, je sens venir les suggestions, donc je le dis tout de suite, non, je ne m’appellerai pas Samuel Klaus Thor hein Mr C….

2 comments

Le fils de l’homme

C’est dingue. Tout à l’heure je discutais avec J. et j’ai réalisé un truc en évoquant mon père biologique pour dire que, non je ne crois pas avoir d’origines espagnoles (héhé). J’avais jamais vu la coïncidence linguistique. Hum. C’est donc lui le premier homme bio avec qui j’ai eu un rapport euh, « particulier »…

Ceux qui me connaissent savent que je parle peu de mon adoption. Parce que je m’en tape. C’est un fait. Ma famille est ma famille. Point. Mes géniteurs, bah, ouais, ils existent quelque part mais voilà, ça s’arrête là. Et ça m’a saoulé de passer mon enfance puis adolescence à dire « non non mais j’ai pas de problème avec ça » aux psy successifs.

Mais bon, évidemment la transition m’a renvoyé à lui. J’ai beaucoup bloqué sur ce point avant la T. Je n’arrivais pas à me projeter. Sans image. Je ne savais pas ce qui m’attendait. J’avais peur de ressembler à cet inconnu.

Je me suis aussi demandé si ça comptait pour moi de savoir qui ma mère bio était. Parce que post-T, je me vois tenter pas d’établir un contact (ce serait vraiment bizarre en ayant transitionné) et puis après le changement d’état civil ce sera de toute façon mort pour d’éventuelles démarches administratives.

Et puis un jour j’ai tiré un trait sur ça. Oui, je me demande si j’ai des demi frères ou soeurs quelque part mais bon, c’est la vie. Cette part de mystère m’intriguera toujours un peu j’imagine, mais sans que ce soit pour autant un problème.

Parfois je pense aussi au fait que moi aussi un jour j’adopterai probablement. C’est marrant cet effet de boucle. Enfin marrant n’est peut-être pas le mot mais bon. D’une certaine façon je trouve la vie ironique.

Et puis y’a aussi cette idée de « survivor ».
Né sous X, mon « destin » a déjà changé une fois.
Né biologiquement fille, je vis aujourd’hui en garçon.

Deux changements comme ça c’est déjà pas mal pour une vie, j’espère qu’il m’en reste pas sept….

Ps : Si vous n’avez pas vu le film Children of men (Le fils de l’homme donc) il faut absolument le faire. Tout de suite. C’est un des très bons films de la décennie.

1 comment

Sex Drive

Le sexe fout tout en l’air.
Pourquoi ? Parce qu’il donne une dimension « supérieure » à une relation, la rendant beaucoup plus (trop ?) complexe.

L’amitié ça peut être cool. Mais des fois le sexe s’en mêle. Et là, c’est le bad.

Pourquoi je dis ça ? Ben tout simplement parce que la T m’a rendu beaucoup plus sexuel. Nan mais c’est vrai, pas la peine de lever les yeux au ciel ! Et c’est un vrai problème.

Avant je pouvais contenir beaucoup plus de choses. Et du coup, certaines de mes relations avec les autres étaient moins fucked up.

Maintenant j’ai plus de mal. A être clair vis à vis des autres, à être clair vis à vis de moi-même…

Le problème du sexe c’est que c’est de l’ordre du ressenti et du coup c’est difficile à intellectualiser. Du coup je dois réapprendre à m’auto-interpréter, à me comprendre. Je dois m’appréhender différemment, et essayer de voir les choses sous un autre angle. Et mine de rien, c’est un bouleversement relativement important….!

Bref, tout ça est un peu flou mais bon, j’avais juste envie de poser les bases d’une réflexion, j’essaierai de développer ça à l’occasion.

3 comments

08/08/08

On est le 08/08/08 !!!

Et, oui, ce post est totalement vide et inutile mais je kiffe les chiffres donc voilà, c’est dit.

Sinon, puisque les J.O commencent aujourd’hui, profitons-en pour féliciter encore une fois nos représentants d’êtres aux premières loges de la cérémonie d’ouverture et de cordialement ignorer la conférence mondiale sur le sida à Mexico. Chapeau les gars.

2 comments

Skins. NYC. Peur.

Fuck. I hate the fucking goodbyes.

Ces jours-ci j’ai regardé l’excellente série Skins et une scène d’adieu m’a beaucoup attristé.

Je n’aime pas les au revoir. Je trouve ça tellement triste que je préfère ne pas y penser. Pourquoi ? Parce que savoir que quelqu’un est visible un coup de fil away c’est agréable. Et savoir qu’on ne verra pas la personne pendant un an (et plus ?) c’est fucking triste.

Surtout quand ce « un an » sera celui de tout un tas de changements. Plus d’utérus ^^, plus les mêmes papiers, plus la même identité…….. Bref, vous voyez le tableau. Depuis la T je n’ai plus peur. Mais avec lui j’ai peur. Parce que je l’aime putain et que je sens que cette année peut être vraiment déterminante.

Vous vous demandez de qui je parle ? En fait je parle de celui qui a été pendant le bad, le vrai. Celui qui a été mon seul contact avec la vie pendant des mois. Celui qui m’a permis de garder l’espoir, celui que je ne voulais pas décevoir. Celui à qui je pensais quand j’étais en pleurs et en sang face à mon miroir. Celui qui a su tout ça. Celui qui a vu tout ça.

Seulement voilà, j’ai l’impression de l’avoir usé. D’avoir grillé mes cartouches. De l’avoir épuisé. Cette année 2007 a du vraiment être dure, et je comprends qu’il ait besoin désormais de prendre une certaine distance avec moi. Mais malgré tout, je souffre de cette distance nouvelle.

Et puis j’ai peur que la T me change (c’est déjà le cas). J’ai peur que NYC le change. J’ai peur de jamais reconnecter. J’ai peur de perdre ce putain de lien.

Parfois je me dis que je suis un connard égoïste qui n’a pas fait d’efforts ces derniers mois. Parfois je me dis que c’est un connard égoïste qui m’a ignoré ces derniers mois. Parfois je me dis qu’on est des connards égoïstes qui sont en train de s’éloigner par manque de communication et d’efforts…

Et ça me fait putain de mal.

Comments are off for this post

Ikea

Hier chez Ikea, une femme de ménage devant les toilettes des hommes. Dans le doute, je m’approche quand même puis m’entends dire : « Ah désolé monsieur il va falloir aller chez les dames. »

Héhé.

Dans les toilettes des femmes y’avait une mère et sa fille. Elles m’ont regardé outrées… En commentant la situation en sortant.

Héhéhé.

C’est dur de pas éclater de rire dans ces moments là.

Sinon.

Il fait chauuuuuuud.

Comments are off for this post

« Page précédentePage suivante »boink